banniere_campagne
Chers Confrères,

En vue de cette élection MCO des 29 novembre et 1er décembre prochain, voici nos engagements :

1) Défendre chacun de nos confrères, individuellement, quels que soient la dimension de son cabinet, son chiffre d’affaires. Toutes et tous avons droit, tout comme chaque justiciable,quel qu’il soit, à la meilleure défense.

En conséquence, nous nous engageons à assurer une défense personnalisée des problèmes de chacun de nos confrères par un accès direct aux membres du Conseil, créerune permanence calquée sur celle des députés en leur circonscription, afin de nous faire part de vos préoccupations et assurer ainsi leur remontée de au Bâtonnier, de sorte à, désormais, mettre en place une collégialité entre l’Ordre et le Bâtonnier.

2) Préservation et vigilance de la liberté de notre mission, de notre secret professionnel surtout, en toutes matières, pour Défendre au mieux les libertés fondamentales de nos clients.

3) Présenter un compte rendu de mandat par chaque membre du Conseil de l’Ordre, tous les ans, qui sera adressé à ceux de nos Confrères qui le souhaiteront, afin d’assurer la transparence de notre mission.

4) Mettre à l’ordre du jour du Conseil, dès le début de l’année 2017, deux sujets simples qui touchent de très nombreux cabinets qui composent notre Barreau, et qui seraient une réelle avancée. Il s’agit bien sûr du nerf de notre activité, cela s’appelle les honoraires et, plus particulièrement, leur règlement par des clients récalcitrants.

*Le règlement des procédures de taxation d’honoraires devant le Bâtonnier est très rapide, de l’ordre de 9 mois. L’appel lui, est suspensif, et aucun dossier devant la Cour de Paris n’est audiencé avant un délai minimum de 30 mois !!!!! Avant de changer les textes afférents au recouvrement des honoraires, il faut une intervention rapide et ferme du Bâtonnier et de son Ordre, unanimes, auprès du 1er Président de la Cour de Paris afin que le délai de résolution des litiges d’honoraires soit le même que celui des autres affaires.

C’est simple et cela devrait être efficace.

*Parvenir à un meilleur accès au droit, en refondant entièrement le système actuel dit de l’AJ. Ce n’est pas d’une Aide Juridictionnelle, chichement accordée qui résoudra l’accès au Droit pour tous, mais une véritable mutualisation du système actuel des indemnités allouées au titre de l’AJ, conjugué aux garanties des contrats privés « protection juridique », « défense-recours »… et autres appellations, souscrits par chacun, mais rarement sollicités, au plus grand profit des Compagnies d’assurances !

Ainsi, à l’instar du Canada, dont le budget de l’aide juridictionnelle est bénéficiaire depuis longtemps et en faveur du plus grand nombre, il faut convaincre le Ministère des Financesà s’engager vers cet objectif, qui évidemment n’est pas du goût deces Compagnies !!!

En contrepartie de cette « sécurité sociale judiciaire« , les juridictions devront en tenir compte dans la condamnation aux frais irrépétibles notamment en cas de mauvaise foi du plaideur qui succombe, ce qui aura, en outre, l’avantage de limiter les procédures et, par conséquent, privilégier les modes alternatifs des contentieux à armes financières égales.

Enfin, il faut que l’Ordre et le Bâtonnier rassurent les membres de notre Barreau sur l’avenir numérique, virtuel même, de notre profession. Il y a toujours des êtres humains derrière, les outils informatiques. Les clients seront toujours des êtres humains et leurs avocats aussi.

Vos bien dévoués.

Soutenez-nous !
#mco2016